CV (french)

Né à Buffalo, New York, Don Foresta obtient un « BA » en Histoire des USA à l’Université de Buffalo.  En 1971, il obtient un « Master’s Degree » à Johns Hopkins, School of Advanced International Studies.  Il a obtenu un Doctorat en Sciences de l’Information à l’Université de Paris II (Sorbonne-Panthéon), mention très honorable.  Foresta est naturalisé français depuis 1996.

En 1961, il entre au service diplomatique américain.  Plusieurs fonctions lui sont confiées en Afrique, à Washington et à Paris.  Après avoir occupé le poste de Directeur du Centre Culturel Américain à Paris de 1971 à 1976, il quitte la fonction diplomatique.  Il obtient alors de la Fondation Rockefeller une bourse d’artiste pour réaliser sa première création vidéo pour le Public Broadcasting Service en collaboration avec l’artiste vidéo, Nam June Paik.  Il créé en 1976 le département d’art vidéo à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs et il est actuellement professeur du multimédia interactif à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts, Paris/Cergy.  Il a été aussi Visiting Research Associate au département de media et communications à London School of Economics

Le travail de Don Foresta est fondé sur l’utilisation artistique des systèmes de communication.  Son action créatrice – à la fois conceptuelle et concrète – consiste à développer des processus artistiques d’échanges interactifs et internationaux: par l’utilisation des réseaux, il crée une scène nouvelle pour l’expression artistique.  Il explore le potentiel de cet espace de communication, de l’interactivité et de l’évolution des nouvelles technologies comme moyen de création.  Cette recherche artistique et philosophique s’exprime dans de nombreuses œuvres, ainsi que dans ses écrits et ses réalisations.  Les principes philosophiques présidant à ces processus sont synthétisés dans son livre « Mondes Multiples », paru début 1992 aux éditions BàS, Paris et co-édité par la FEMIS.

Ses recherches ont commencé par un échange d’images envoyées par le procédé slowscan entre le Center for Advanced Visual Studies du MIT à Boston et le Centre Américain à Paris, en 1981.  Ce projet a été suivi par plusieurs autres réalisations depuis les années 80, notamment celle présentée la Biennale de Paris, et décrite par Alain Fleischer dans le Monde Diplomatique: « Don Foresta s’est particulièrement intéressé à la communication multimédia et aux réseaux: à la Biennale de Paris de 1982, il organise les échanges d’images électroniques par téléphone entre artistes français et américains par le procédé du slowscan, qui fait aujourd’hui figure de prototype historique. »

Don Foresta a fait partie de nombreuses productions télévisuelles internationales, artistiques et éducatives; il fut entre autres metteur en scène d’une série de 52 demi-heures télévisées pour l’enseignement du français, pour le Public Broadcasting Service aux USA, la télévision publique américaine.

Commissaire à la Biennale de Venise en 1986, il a créé le premier laboratoire interactif informatique, mettant en place un réseau international de communication entre plusieurs artistes créant ensemble.

Faisant appel à plusieurs artistes, il crée en 1988 « Artistes en Réseau », réseau informatique de recherche dans le domaine de la communication et des créations interactives entre artistes-chercheurs, centres de création et écoles d’art.  Il travaille aujourd’hui à la mise-en place d’un même réseau artistique, permanent et international haut débit permettant une expérimentation en temps réel l’interactivité comme moyens d’expression artistique.  Ce réseau, MARCEL <www.mmmarcel.org> utilisant l’Internet 2 est opérationnel depuis 2001  avec 250 membres dans 22 pays.

En 1988, en collaboration avec deux artistes américains Kit Galloway et Sherrie Rabinowitz, il met en place le Café Electronique International, projet artistique offrant au public des possibilités de communication, permettant une participation à des événements artistiques et une confrontation culturelle via le réseau, entre intervenants de différents pays.  Le Café était présent à la 9ème Documenta en 1992, à la 49ème Biennale de Venise en 1993 et à la Biennale de Lyon en 1996.

En 1993 il fonde le Laboratoire de Langage Electronique (LLE) avec Georges-Albert Kisfaludi dont l’objectif est le rapprochement de l’art et des nouvelles technologies.  Le LLE, en collaboration avec le Conservatoire National des Arts et Métiers a géré un programme de recherche et d’enseignement entre artistes et ingénieurs, destiné à explorer et analyser les influences des sciences et de leurs applications modernes – les nouvelles technologies – dans le domaine artistique et par extension, culturel et social.  Cette année il a démarré un projets pour une faculté virtuelle, Global Threads, d’art et de science, avec Benoît Mandelbrot et Jean-Claude Risset.  Global Threads a pour objective la mise en place d’une faculté à distance au tour des idées en transition dans notre société avec la participation des grands spécialistes, artistes et scientifiques, connus dans leur domaine.

Foresta a été artiste invité au Studio National des Arts Contemporains, Le Fresnoy, où il construit un laboratoire interactif et un site de gestion du réseau artistique.  Il a également reçu de l’Arts & Humanities Research Board du RU une bourse de recherche pour trois ans pour continuer sa recherche sur l’interactivité et la construction du réseau.

Don Foresta a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1986.  Egalement « Fellow » (artiste en résidence) à MIT, il a été conférencier et artiste invité dans plusieurs universités américaines, japonaises et européennes et expert auprès du Conseil de Europe dans le domaine de la création artistique et des réseaux de communication.